CRECHE et CENTRE SOCIAL - Ghisonaccia (2B)

1/3

 

Maitre d'ouvrage : Commune de Ghisonaccia

Maitre d'oeuvre : 28.04 architecture (mandataire) / a fabrica architettura (cotraitant)

 

Programme : Réalisation d'une crèche multi-accueil de 55 berceaux et centre social

Budget / Surface : 1 800 000 € / 855m² sdp

Mission : Mission complète

Date : 2017

Phase : Chantier à venir

Le programme de cet équipement pluriel prévoit la construction d'une crèche multi accueil (CMA), d'un relai d'assistante maternelle (RAM), et d'un centre de loisirs sans hébergement (CLSH) accueillant la fonction de centre social de manière temporaire. Le projet envisagé sur un seul niveau prévoit une surface utile de 950m² répartie sur 650 m² pour la CMA et  300 m² pour  le CLSH. Les  deux entités doivent posséder un espace extérieur indépendant, clôt et sécurisé.

La CMA doit accueillir environ 60 enfants et comprendre trois sections petits/moyens/grands avec les espaces communs que cela implique.

Le RAM s'inscrit dans la continuité de la CMA et constitue une quatrième section mais il demeure autonome dans son fonctionnement.

Le CLSH quant à lui fonctionne de manière totalement indépendante, il regroupe quatre salles d'animation, une salle de permanence, des bureaux d'accueil ainsi que les espaces communs adaptés à l'ensemble des activités.

Le site, dans un quartier proche du centre du village est bien desservi et en plein développement : autour de l'église St Michel se sont construits la caserne des pompiers, le bâtiment de la MSA, le centre médical psychologique et la halle des sports plus récemment mis en service. Le quartier comprenant déjà l'école primaire et l'actuelle crèche, le nouveau bâtiment s'inscrit dans le complément de l'offre d'équipements déjà existants en regroupant les pôles petite enfance/enfance et en renforçant le lien social. La parcelle possède une belle exposition, et permet d’ouvrir le projet sur l’espace urbain en premier plan et sur les massifs montagneux qui créent un fond de scène.

 

L’idée première a été de répondre au programme de la manière rationnelle compte tenu du budget restreint de l'opération.

Rationnel, un mot qui pourrait éveiller le doute ou la méfiance, mais ce mot nous l'avons pris au premier sens du terme, nous avons donc mis la raison, le bon sens, et la logique spatiale et constructive au cœur du projet. Le bâtiment devra être sincère sans être dénudé, confortable sans être ostentatoire, exceptionnel sans devenir volubile. Toujours dans un souci d'économie de moyen nous avons exploité la surface la plus plane de la parcelle qui délimite naturellement un espace libre d'environ 40 mètres de coté. Le bâtiment s’implante naturellement selon cette opportunité, avec une emprise au sol carrée que nous avons scindée par une trame constructive maitrisée qui vient délimiter des espaces. Cela révèle un volume général que nous avons sculpté afin de définir des "pleins" (espace bâtis) et des "vides" (espaces extérieurs). Puis, nous avons ciselé l'intérieur de ces espaces afin d'envelopper les besoins du programme.

Concernant l'écriture architecturale de ce projet nous avons pris le parti de la sobriété :

  • Les façades traitées en enduit minéral clair s'alignent sur l’urbanisme existant, elles ne sont que très peu percées afin de créer l'atmosphère protectrice nécessaire à l'évolution des enfants. Chaque accès est signalé par un "porche" cintré faisant écho aux arcades du parvis de l'église attenante et à la symbolique de l’entrée, du passage.

  • Le bois est le matériau choisi pour traiter l'ensemble des menuiseries du projet, de plus il vient surligner les encadrements de l'ensemble des baies, il assurera également la fonction de protection solaire en prenant la forme de pergola couvrant les espaces extérieurs. Les éléments verticaux de la pergola créent un filtre entre l'extérieur et la cour de la crèche, ils permettent de protéger les enfants tout en leur assurant la vision sur le paysage et les montagnes alentours.

  • Les toitures sont gérées en pente et couvertes par des tuiles, de nombreuses ruptures de pente sont créées afin de briser l'effet de masse, et de rester à l'échelle domestique de l'architecture environnante.

  • Les espaces extérieurs sont traités en sol stabilisé pour les surfaces de parking, afin de garder un esprit simple et de limiter les surfaces étanchées, les trottoirs périphériques sont traités en béton lavé et positionnés en retrait des façades afin de conserver une bande végétalisée en pied du bâtiment.

 

Nous avons développé une esthétique architecturale qui s’appuie sur la noblesse des matériaux appliquée à des volumes simples, noblesse acquise par leurs seules caractéristiques intrinsèques.

La finalité de la démarche est de créer une architecture particulière où la modernité se veut respectueuse du contexte, de l’histoire, de la culture tout en réalisant la synthèse entre les usagers, l’ouvrage et le paysage.